Le plagiat…

Depuis quelques temps, on entend énormément parler de plagiat, alors je lis beaucoup de choses sur le sujet afin d’être mieux renseignée. Et le dernier article que j’ai lu à date vient du magazine Diffuzart, écrit par Hélène Jean, artiste et professeur de peinture décorative.

Elle mentionne que tout le monde a déjà enfreint la Loi sur les droits d’auteur, et je suis tout à fait d’accord avec cela. En effet, qui n’a pas déjà fait une photocopie d’une belle photo, d’une oeuvre peinte par un artiste ou d’un article intéressant, ou copié un CD?

Les droits d’auteur, ce n’est pas nécessairement quelque chose à quoi l’on pense systématiquement. On n’enfreint pas cette Loi pour mal faire, c’est simplement par ignorance…

Et j’ai appris aussi diverses autres choses dans cet article, entre autres, qu’un professeur ne peut enseigner ce qui lui plaît comme ça lui plaît. Si un patron est vendu dans une revue, un étudiant a le droit d’essayer de le reproduire, comme étude (il ne peut cependant pas l’exposer ni le vendre) en autant qu’il a acheté la revue (ou le patron). En cas de doute, il faut vérifier auprès de l’artiste de l’oeuvre originale afin de connaître ses politiques sur le sujet.

En bref, pour en connaître un peu plus sur le sujet, je vous suggère d’aller lire cet article dans son intégralité à l’adresse suivante: http://www.diffuzart.com/chronique/26112005.htm et également beaucoup d’autres articles ont été publiés sur le sujet, vous pouvez certainement en trouver quelques-uns en faisant une recherche sur internet.

A propos artatout

Pascale Pilon, artiste peintre, je possède ma propre école de dessin et peinture à l'huile. J'enseigne à des petits groupes depuis maintenant 20 ans, c'est ma passion.
Cet article, publié dans Articles spéciaux, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le plagiat…

  1. Cindy Rivard dit :

    Merci pour cet article et la référence. Les droits d’auteurs sont partout et pas seulement dans les arts. L’utilisation d’internet brouille les cartes, il est si facile de partager un article à travers le web et on compte par millier les concerts diffusés sur Youtube, enregistrés sans consentement. Il est vrai que l’on peut toujours remonter la trace jusqu’à celui qui a enfreint la loi, mais rare sont ceux qui le font ou qui savent que c’est possible. Il faut aussi considérer où est la limite que l’on est prêt à accepter personnellement. Des artistes ont été connus grâce aux diffusions, parfois non autorisés, sur le web. Ce n’est pas nécessairement évident à gérer, mais gardons en tête qu’il faut rendre à César ce qui est à César et donner le crédit, et aussi les sous, à qui de droit. Et puis, il y a encore des spectacles auxquels on assistent et où l’on se fait dire : « l’utilisation d’appareil photo ou vidéo est interdite », alors que d’autres nous invite à en prendre et à diffuser largement. Évidemment, dans le dernier cas, c’est plutôt une question de stratégie marketing que de droits d’auteurs…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s